LA PETITE HISTOIRE ...

Un jour de pluie, Lolita Barozzi et Aurore Cailleret se rencontrent lors d'une étonnante création collective, un drame spatial avec des acteurs et des marionnettes. Ce projet en orbite se transforme rapidement en une sorte d'école où elles apprennent à travailler l'une avec l'autre. Avec cette « création-éprouvette », elles se lancent dans une recherche de trois ans et développent une méthodologie de travail, une écriture de plateau, une esthétique et dessinent les contours de ce qui deviendra bientôt le projet associatif et artistique du Liquidambar.


La compagnie devient alors un laboratoire dédié aux formes marionnettiques et poétiques où sont expérimentés aussi bien les formes animées que les processus de création. Au Liquidambar, la marionnette est avant tout considérée comme une écriture plurielle où le spectateur est convoqué à l'endroit de ses sensations. Le point d'ancrage est le corps de l'objet, son corps métaphorique, son corps poétique et l'équilibre fragile qui se créé entre lui et l'acteur.


En 2016, Le Liquidambar créé son premier spectacle, La Maison aux arbres étourdis, un conte marionnettique tout public à partir de 7 ans.
En 2019, il créé Des Paniers pour les Sourds , un poème marionnettique inspiré de l'oeuvre de Paul Vincensini. De cette recherche naîtra aussi L'Écritoire de Paul.
La troisième création du Liquidambar, La Part des anges, verra le jour en décembre 2021.


Le Liquidambar a installé son atelier aux Auteurs d'établis à Talence en Gironde.

 

 

UN LABORATOIRE MARIONNETTIQUE

 

Notre travail s'inscrit dans une conception multiple du langage :  verbal mais aussi esthétique, sensoriel et corporel.  Ce n'est pas tant ce que disent les mots que nous cherchons à traduire sur le plateau mais plutôt ce qu'ils portent en eux, la sensation. Ainsi, notre recherche est orientée vers une écriture poétique et sensible, pas toujours narrative. C'est donc la marionnette qui s'est imposée à nous comme principal outil de travail. 

Les formes de jeu qui mêlent acteurs et marionnettes nous passionnent.  L'équilibre fragile, souvent précaire qui se créé entre les deux est notre matière de travail.  

La marionnette offre cette particularité d'être en rupture avec les codes traditionnels. Elle est un entre-deux, une parenthèse, une vision à la fois familière et étrange, et c'est justement ce qui rend le spectateur actif. La marionnette s'abreuve à la source même du regard du spectateur.  C'est lui qui créé la poésie.

Photo ©Atelier Elweline

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now